Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Newsletter du 12 décembre 2022

13 Déc 2022 | Newsletter

Bonjour,

Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour parler du Petit Prince. Vous savez, il y a un passage dans le Petit Prince où l’alcoolique dit qu’il boit pour oublier qu’il boit ; idée que le Petit Prince a d’ailleurs bien du mal à comprendre. Et c’est ce même passage qui nous mène tout droit vers… devinez quoi… vous ne devinerez jamais. Vers le réchauffement climatique ! Laissez-moi vous expliquer. Depuis une trentaine d’années environ, une tendance a pu être observée :  celle d’une avancée toujours plus grande de la date des vendanges. Autrefois, les vendanges commençaient vers le 10 octobre. Aujourd’hui, elles démarrent aux alentours du 20 août. Les raisins sont plus exposés au soleil, la robe du vin s’éclaircit, et celui-ci devient plus sucré. Ce sucre se transforme en alcool… Vous commencez donc maintenant à comprendre le rapprochement. A croire en effet, que l’élévation du degré alcoolique nous permettrait d’oublier davantage… ce réchauffement climatique. Le réchauffement cause un effet qui nous donne presque quelques moyens de l’oublier : la boucle semble bien ficelée, en apparence tout du moins. Tâchons plutôt de ne pas oublier, par exemple, que les plantes se donnent beaucoup de mal elles aussi, pour compenser les bêtises des humains. Lorsque le CO2 augmente dans l’atmosphère ( ce gaz représente l’un des nombreux gaz à effet de serre), elles accélèrent leur photosynthèse, ce qui permettra de capter davantage de CO2, et de lutter un tant soit peu contre la surenchère des émissions humaines. Il faut toujours rattraper les bêtises des humains, qui boivent pour oublier qu’ils boivent !

Saviez-vous, toujours au sujet du réchauffement climatique, que la fonte des glaces est une boucle de rétroaction positive ? C’est-à-dire qu’elle s’auto-entretient. Pour le comprendre, il nous faut parler de l’albédo. L’albédo est un rapport. C’est le rapport entre la lumière réfléchie et la lumière reçue. Une forêt a par exemple un albédo faible, de l’ordre de 0,15, alors que la glace a un albédo élevé, de l’ordre de 0,75. Plus la glace se transforme en eau, plus l’albédo décroit, ce qui aura donc tendance à retenir davantage la chaleur et à faire encore décroître l’albédo.

Je vous souhaite une semaine presque givrée, ou bien tout à fait givrée, dans tous les sens que vous voudrez bien donner à ce terme.